Page Principale
 
 Introduction
 
 Histoire
 
 Évolution
 
 Cerveau
 
 Electrogénération
 
 Électroréception
 
 Electrolocalisation
 
 Electrocommunication
 
 ELL
 
 Mémoire
 
 Neurone
 
 Philo-science
 
 Références
 
 Auteur
Recherche

[an error occurred while processing this directive],  [an error occurred while processing this directive]
ELL
Le ELL : la porte d’entrée électrosensorielle
Les segments et les couches du ELL
Les voies de rétroaction du ELL
Champs-Récepteurs des Cellules Pyramidales : Fenêtres sur le Monde.
Global vs Local: Le problème... ou comment distinguer sa blonde de sa bouffe.
Global vs Local: deux stimuli, deux préférences
Global vs Local: Le commutateur
Global vs Local: Deux langages pour mieux comprendre.

ELL

Envoyer par courriel
 Version pour imprimante


Global vs Local: Le problème... ou comment distinguer sa blonde de sa bouffe.
Erik Harvey-Girard

Le problème de la distinction des stimuli locaux versus globaux. Comment un aptéronote est-il capable de faire cette distinction alors que ses neurones sensoriels ne peuvent percevoir une infime section de la peau? (Image de Maurice Chacron, initialement proposée pour la couverture de Neuron en mars 2004)
Comment distinguer un stimulus d’un autre surtout lorsqu’il provient d’une même source sensorielle. Par exemple, comment fait-on la distinction entre l’image notre blonde et celle du repas sur la table? Comment se fait-il que les informations sensorielles demeurent claires et distinctes pour que l’on puisse faire la séparation entre les deux aisément? Comment le cerveau peut-il analyser ces deux sujets distinctement? Evidemment, les stimulations sensorielles produites par une blonde et la nourriture sont très différentes de notre point de vue! Mais si on essaie de comprendre au niveau d’un neurone sensoriel, ça devient vite beaucoup plus complexe. Un neurone sensoriel ne peut pas tenir compte de la réalité sensorielle dans son ensemble, il perçoit plutôt une infime partie de cette réalité, un peu comme si notre perception du monde se résumait à ce que l’on voit à travers le chas d’une aiguille. Comment donc un ensemble de neurones sensoriels arrivent à nous permettre de construire des représentations distinctes pour notre blonde et notre repas?

Ce problème se pose aussi chez les aptéronotes, qui utilisent leur système électrosensoriel pour communiquer avec leurs congénères (électrocommunication) et pour localiser leur proie (électrolocation). Mes collègues et copains, Maurice Chacron, brent doirpn et Ann-Mary Oswald, ont planché sur cette question pendant leurs doctorats dans les laboratoires de Len Maler et d’André Longtin de l’université d’Ottawa avec l’aide de Joe Bastian de l’université d’Oklahoma.





Monter
Références
Erik Harvey-Girard.  "Global vs Local: Le problème... ou comment distinguer sa blonde de sa bouffe.."  Apteronote. Ed. Erik Harvey-Girard. Ottawa: Juin 1, 2005. <  >
© Droits réservés